valeur bien immobilier à Fort-de-France

4 conseils pour bien négocier votre prix de vente

Bonne nouvelle ! Suite aux nombreuses visites de votre logement, un acquéreur potentiel a formulé une offre d’achat. Vous voilà lancé dans l’étape délicate de la négociation. Comment négocier correctement votre prix de vente ? Jusqu’où pouvez-vous descendre ? Quels arguments apporter à votre acheteur pour justifier votre prix ? Pour mener à bien votre négociation, vous devez, entre autres choses, vous appuyer sur la valeur de votre bien immobilier à Fort-de-France : c’est le socle inébranlable sur lequel vous allez construire vos échanges avec votre futur acquéreur. Et ce n’est qu’un seul des quatre conseils que nous avons formalisé pour vous.

1. Estimez votre marge négociation dès le début de votre projet de vente

Avant même de démarrer votre projet de vente, la question doit être posée : quelle sera votre marge de négociation quand vous aurez trouvé un acheteur ? Pour y répondre, vous devez vous baser sur deux piliers :

  • La valeur du bien immobilier à Fort-de-France (sa valeur réelle sur le marché), soit le prix objectif que vous pouvez en demander sans avoir l’air de le surestimer.
  • La nature de votre projet immobilier. Si vous voulez vendre rapidement, vous aurez tendance à faire plus d’effort de négociation que si vous n’êtes pas pressé. Dans le second cas, vous laisserez à l’acheteur le soin de décider lui-même de sa marge de négociation.

Le fait de connaître votre marge de manœuvre en amont vous fera gagner du temps lors de la négociation.

2. Référez-vous à la valeur du bien immobilier à Fort-de-France pour négocier correctement

Pour négocier le prix d’un bien immobilier, vendeur et acquéreur se basent sur une valeur de référence : celle du logement en question. Il est donc important de connaître la valeur du bien immobilier à Fort-de-France que vous vendez, c’est-à-dire ce qu’il vaut sur le marché à un instant T en fonction des critères qui le définissent – emplacement, état général, qualité des matériaux et des prestations, etc.

Bien entendu, si vous mettez votre logement sur le marché, cela suppose que vous avez réalisé une estimation. Si vous n’avez pas encore procédé à cette étape ou que vous voulez une estimation plus précise, n’hésitez pas à le faire avant d’entamer les négociations. Vous pouvez réaliser une estimation en ligne, mais il est préférable de faire appel à un professionnel pour bénéficier d’une évaluation sérieuse, fiable et objective.

En somme, la valeur du bien immobilier à Fort-de-France fait office de valeur de référence pour la négociation.

valeur bien immobilier à Fort-de-France

3. Prenez en compte les avantages et les inconvénients de votre logement

Le prix du mètre carré est important, mais ce n’est pas une donnée suffisante pour connaître la valeur d’un bien immobilier à Fort-de-France. Il faut également prendre en compte les caractéristiques de ce dernier. Si le logement dispose d’une belle terrasse ensoleillée, que son exposition offre une belle luminosité, que l’aménagement est optimisé, que le jardin est arboré, ou que la vue est imprenable, alors vous aurez des arguments pour faire tourner la négociation en votre faveur.

Lister les nombreux points forts vous permet aussi de faire oublier les éventuels points faibles du logement. Prendre connaissance de ses petits (ou grands) soucis vous aide à anticiper les remarques des acquéreurs potentiels, voire même à les atténuer grâce à des arguments contraires.

4. Questionnez l’acquéreur sur son projet immobilier pour savoir comment vous positionner

Si votre candidat à l’achat à l’intention de négocier le prix à la baisse, il risque d’utiliser l’argument de la comparaison : « D’autres logements m’intéressent », « J’ai vu des biens similaires moins chers », « Votre prix est clairement au-dessus du marché », etc.

C’est simple : dès lors que vous connaissez la valeur de votre bien immobilier à Fort-de-France, et que vous avez fixé un prix juste par rapport au marché avec l’aide d’un professionnel, cela invalide les arguments qui tournent autour du prix. Vous pouvez donc camper sur vos positions et refuser de bouger. Dans le même temps, tâchez d’en savoir plus au sujet du projet immobilier de votre acquéreur, et ce, dès les premières visites, afin d’évaluer son positionnement : s’il est pressé de conclure sa transaction, vous pourrez en profiter pour couper court à toute négociation.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *